top of page
Principes fondamentaux de l’audio-psycho-phonologie

Des décennies de recherche ont conduit le médecin ORL Alfred Tomatis à démontrer l’importance de l’organe auditif pour le développement humain, ainsi que l’effet du sens de l'ouïe sur la psyché humaine.

Qu'est-ce que l'effet Tomatis ?

Tomatis a commencé ses études et ses expériences sur l’audition humaine à la fin des années 1940. Par l’intermédiaire de son père, un chanteur d’opéra renommé, Tomatis a traité de nombreux chanteurs ayant des problèmes de voix et de surdité professionnelle. Après avoir effectué des analyses de la voix et de la fréquence auditive il est arrivé à une conclusion surprenante : les fréquences mal entendues étaient moins présentes dans la voix que les autres fréquences.

Ce constat a conduit à la Première Loi TOMATIS:

“La voix contient, en tant qu’harmoniques, uniquement les fréquences que l’oreille perçoit.”

Afin d’aider ses patients avec leurs problèmes vocaux et auditifs, Tomatis a développé un simulateur auditif qui lui a permis de corriger la façon dont ils écoutaient, et donc leur voix, via divers filtres et amplificateurs. En amplifiant les fréquences mal entendues et en faisant chanter le patient dans un microphone tout en écoutant simultanément sa voix corrigée à travers des écouteurs, les fréquences perdues sont immédiatement revenues dans leur voix.

Le scientifique a formulé les résultats de ces expériences dans la
Deuxième Loi TOMATIS :

“Si l’oreille endommagée a la possibilité d’entendre correctement les fréquences compromises, celles-ci sont instantanément et inconsciemment rétablies dans l’émission vocale.”

Par contre, lorsque les écouteurs et la correction de fréquence sont retirés, les problèmes de voix du chanteur réapparaissent immédiatement. Cela incite Tomatis à approfondir la question. Il part à la recherche de l'“audition idéale” et élabore des critères pour la courbe auditive idéale. Une fois les paramètres de l’oreille idéale du chanteur définis, il construit un dispositif – le prototype de l’oreille électronique – capable de conditionner l’oreille et de rendre ainsi l’effet Tomatis permanent.

Cela le conduit à formuler la Troisième Loi TOMATIS:

“La stimulation acoustique, répétée pendant une durée prédéterminée, conduit à un changement permanent de l’audition et donc de la phonation.”

Ses découvertes ont été scientifiquement établies par le Laboratoire de Physiologie de l'Université de Paris. En 1957, l'Académie de Médecine de Paris, et en 1960, l'Académie des Sciences publièrent des articles de recherche sur l'Effet Tomatis et les Lois Tomatis (voir l'article de Raoul Husson et du Professeur Longchambon dans "Mélanges", Rubrique Etudes/Recherches).

La psyché, directrice de l’écoute 

Au cours de ses recherches, Tomatis a rapidement établi que la psyché joue un rôle essentiel dans le processus de l'audition. Par exemple, une étude à grande échelle sur la perte auditive professionnelle chez les pilotes et les mécaniciens d’aéronautique l'a conduit à la conclusion suivante : la courbe d’audition des pilotes qui présentaient une perte auditive professionnelle mais aimaient leur travail était différente de celles des pilotes qui avaient également une perte auditive liée au travail mais voulaient continuer à travailler uniquement pour des raisons financières. Le premier groupe présentait une courbe d’audition ascendante à son extrémité, et cette “ antenne positive” dans la région des hautes fréquences reflétait leur motivation intérieure. La courbe du deuxième groupe descendait très nettement à la fin. En d’autres termes, il y avait un lien étroit entre la courbe auditive de ses patients et leur état psychologique. Cet aspect psychologique est devenu de plus en plus important dans la recherche de Tomatis.

 

Les effets thérapeutiques de l’effet Tomatis ont largement dépassé la seule stimulation auditive. Les améliorations n’étaient pas seulement limitées aux capacités auditives et vocales ; la motricité, la posture et la psyché ont également subi un changement positif durable. En observant les réactions de ses patients pendant le traitement, Tomatis a émis l’hypothèse que les principales caractéristiques des schémas auditifs d’un individu apparaissaient déjà pendant le développement de l’audition, c'est à dire avant la naissance.

Quand le fœtus commence-t-il à entendre?

Le professeur Tomatis a été un pionnier dans le domaine de la recherche sur l’audition prénatale. Dans les années 1950, il affirmait déjà que le fœtus pouvait entendre à l’intérieur de l’utérus, une affirmation qui ne lui a valu que des moqueries de la part de ses collègues. Aujourd’hui, nous savons qu’il avait raison. Il est important de noter ici que l’oreille - comprenant ses deux parties, la cochlée pour l’audition et le vestibule pour l’équilibre - est connectée au cerveau via le nerf auditif et est le premier sens à être pleinement développé pendant la grossesse, au plus tard à la fin du cinquième mois de gestation. L’oreille interne a alors atteint sa taille définitive, faisant de l’oreille le premier sens qui envoie des informations au cerveau. Les signaux auditifs sont essentiels à la croissance et au développement du cerveau. L’oreille pose simultanément les bases de toutes les autres formes de perception ; après tout, celles-ci partent d’expériences auditives.

Qu’entend le fœtus et comment?

Dans l’univers acoustique du fœtus, la voix de la mère joue un rôle central. En fait, elle résonne nettement plus fort que les autres voix et couvre les sons tels que le rythme cardiaque, la digestion, la circulation sanguine, etc... Étant donné que le liquide amniotique présent dans l’oreille moyenne inhibe les vibrations du tympan, le fœtus entend presque exclusivement par conduction osseuse. Les propriétés de résonance de l’os agissent comme un modulateur de fréquence. Les basses fréquences sont à peine conduites, tandis que les hautes fréquences sont amplifiées. En raison des propriétés filtrantes de l’os, la voix de la mère est riche en hautes fréquences. Elle est transmise, via sa colonne vertébrale, à son bassin qui, comme une boîte de résonance, amplifie les hautes fréquences 2,5 fois. Lorsque l’enfant descend dans le bassin au cours des dernières semaines de grossesse, la transmission du son à travers les os est particulièrement bonne. La combinaison des hautes fréquences filtrées à travers le crâne fœtal et de l’amplification sonore dans le bassin de la mère crée une condition optimale. La voix de la mère est donc privilégiée. Tous les autres sons externes (voix, musique, etc.) occupent une place secondaire dans l’expérience auditive de l’enfant à naître.

 

Le fœtus non seulement perçoit le son, le rythme et la mélodie de la voix de la mère, mais aussi son spectre émotionnel complet. La mère est-elle équilibrée, joyeuse et heureuse ? Ou est-elle triste, anxieuse ou déprimée ? L’enfant éprouve ce spectre émotionnel comme ses propres émotions. Il ne peut pas encore faire la distinction entre sa mère et lui-même. Pour illustrer l’unité de la mère et de l’enfant, Tomatis a déclaré que “Mère EST enfant, enfant EST mère”. Avec des signaux principalement positifs et agréables, un dialogue réussi se développe dans l’utérus, éveillant chez le fœtus un sentiment de sécurité et de confiance primaire. Ces expériences perceptives de base éveillent chez l’enfant un désir d’écouter et de communiquer.

 

Ce que Tomatis a longtemps proclamé et défendu a maintenant été démontré grâce à une étude de l’Université Stanford

L'oreille - pas seulement pour entendre

Quand on mentionne l’oreille on pense immédiatement à l’ouïe. Mais l’oreille a d’autres fonctions tout aussi importantes que nous cherchons à renforcer lors d’une thérapie d’écoute.

Grâce à l’organe de l’équilibre, l’oreille contrôle l’équilibre, la coordination, le tonus musculaire et chaque muscle du corps. Elle contrôle les yeux pendant la lecture ainsi que le bras, la main et les doigts lors de l’écriture. Elle est responsable de la posture verticale et transmet continuellement des signaux sur la façon dont nous nous déplaçons dans l’espace. L’oreille contrôle également les sens du temps, du rythme et la conscience spatiale.

 

Telle qu'une centrale électrique, l’oreille est également chargée d’alimenter le cerveau et donc tout notre organisme. Tomatis a comparé l’oreille à une dynamo “qui convertit les stimuli qu’elle reçoit en énergie neurologique qui alimente le cerveau”. Les hautes fréquences, en particulier, produisent un regain d’énergie direct et stimulent l’activité corticale. Cet “effet de recharge” est vitalisant et vivifiant, et se manifeste par un esprit “éveillé”.

 

Les humains n’entendent que ce qu’ils veulent bien entendre. Tomatis a découvert que la psyché contrôle le désir d’entendre. Nous ne pouvons pas éteindre notre audition. Contrairement à nos yeux, nos oreilles sont toujours “ouvertes”. Jour et nuit, nous sommes exposés aux sons et aux bruits de notre environnement. Pourtant, nous n’expérimentons pas consciemment tout ce que nous entendons. Les humains n’entendent que ce qu’ils veulent entendre. Le fait de vouloir entendre ou “ écouter”, contrairement au simple fait d’entendre, est un processus actif et intentionnel, semblable à la concentration de nos yeux sur un objet. La décision de focaliser notre audition - d’écouter, en d’autres termes - engage notre attention et encourage une écoute consciente vers les autres. Écouter signifie vouloir communiquer. Cela conduit l’être tout entier à un état de préparation, permet à la cochlée d’effectuer une analyse correcte, provoque l’érection du corps, et aiguise un esprit “éveillé” et présent.

bottom of page